Tiken Jah dit ses vérités : « Le divorce du RDR et du PDCI était prévisible. Je savais que c'était un mariage qui ne pouvait pas marcher »

  • publié il y a : 26 jours
  • vues : 318  
  • tags : tiken - vérités - divorce - était - prévisible. - savais - c'était
Tiken Jah dit ses vérités : « Le divorce du RDR et du PDCI était prévisible. Je savais que c'était un mariage qui ne pouvait pas marcher »
« Le mariage entre le RDR et le PDCI n'a jamais existé et c'était une invention du grand frère et de son petit frère »
« La manière dont la Côte d'Ivoire était dirigée ressemblait plus à un partage de postes...»

En conférence de presse ce dimanche 23 septembre à sa résidence de Yopougon, Tiken Jah a une fois de plus commenté l'actualité politique ivoirienne. Le reggaemaker engagé qui vient de lancer un grand casting en vue du recrutement de groupes musicaux ivoiriens pour son prochain album s'est également prononcé sur le RHDP.

En prélude au grand casting qui lance pour le recrutement d'un groupe musical en vue de l'accompagner sur son album qu'il veut typiquement africain, Tiken Jah a commenté l'alliance du PDCI et du RDR. Selon l'artiste engagé, le divorce entre ces deux partis était prévisible. Et, dira-t-il, il l'avait déjà dit. « Le divorce du RDR et du PDCI était prévisible. Je savais que c'était un mariage qui ne pouvait pas marcher », a-t-il confié.



À l'en croire, lorsqu'il le disait à l'époque, personne ne le croyait. Mais, s'est-il réjoui, le temps lui aura donné raison. « Je l'ai dit. Ceux qui ne me croyaient pas m'ont donné raison aujourd'hui », a-t-il traduit. Et de se convaincre qu'en réalité, il n'y avait jamais eu de mariage. Mais juste une « invention » des présidents Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié. « C'était un serpent à deux têtes. Le mariage entre le RDR et le PDCI n'a jamais existé et donc c'était une invention du grand frère et de son petit frère », a-t-il fustigé.

Lire aussi : Tiken Jah cogne le pouvoir Ouattara : « Je suis déçu »

Confiant qu'il savait intimement que le divorce finirait par arriver, Tiken Jah estime que cette alliance visait plus le partage de postes. « Je savais donc que tôt ou tard ça allait clasher. Je souhaite que dans l'avenir celui qui va être élu soit responsable de la Côte d'Ivoire et ne partage pas les postes. La manière dont la Côte d'Ivoire était dirigée ressemblait plus à un partage de postes et il fallait s'attendre à des frustrations à la fin et à un divorce fracassant et c'est ce qui est arrivé », a-t-il tranché.



C'est pourquoi, recommande-t-il pour les élections de 2020, que les ivoiriens accordent plutôt leur suffrage au candidat qui leur aura présenté le meilleur u programme et projet de société. Et, non, dira-t-il, en fonction de l'appartenance ethnique, religieuse ou régionale. « Ce que je souhaite pour mon pays, c'est que les élections de 2020 soient libres, transparentes, équitables et que les ivoiriens choisissent librement leur candidat et que les ivoiriens choisissent en fonction du programme et du projet de société du candidat et non pas parce que je suis d'Odienné et que le candidat l'est également je le vote pour ça. Je souhaite que tout ce qui est arrivé à notre pays soit une leçon pour les jeunes et qu'on se mette au-dessus des religions et des ethnies pour regarder la Côte d'Ivoire. Notre division a même des répercussions sur l'équipe nationale. Aujourd'hui, même quand les Éléphants jouent, il y en a qui veulent qu'ils gagnent et d'autres veulent qu'ils perdent. Ça commence à fatiguer. Mon souhait pour les élections de 2020, c'est que les candidats présentent des programmes aux ivoiriens et que les ivoiriens les choisissent sur cette base », a-t-il traduit.

source : Linfodrome    |    auteur : Philip KLA

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité