Angelo Dogba parle du '' TESTAMENT'' d'Arafat

  • publié il y a : 29 jours
  • vues : 314  
  • tags : angelo - dogba - parle - testament'' - d'arafat - actualités - culture
Angelo Dogba parle du '' TESTAMENT'' d'Arafat

(Photo d'archives pour illustrer l'article)

"Dj Arafat est bel et bien parti mais il a laissé derrière lui des traces indélébiles sous forme de "Testament" qui pourra servir aujourd'hui et demain. Ce "Testament" se présente sous trois angles:
Technique ,Spirituel , Société
L'ANGLE Technique
Les clash de Dj Arafat n'étaient pas un phénomène nouveau: les clash en Côte d'Ivoire remontent à l'époque du Ziglibiti ou même avant, jusqu'à Douk Saga en passant par le Duel François Lougah - Bailly Spinto, le duel Flotte impériale - ministère authentique, les clash du rap underground, sans oublié les facteurs extérieurs avec les clash Américains qui étaient même sanglant avec la mort de Biggie et 2Pac. Les clash je les connais donc! mais la particularité de Dj Arafat c'était la spontanéité, la légèreté, la fréquence, la réactivité et le contenue des clash qui lui étaient soit imposés, soit initiés par lui même et dans un context de conservatisme culturel Africain. Le tout aidé par sa maniabilité et sa maitrise du grand outil qu'est Internet! Il se dégage de ses clash deux facteurs: le fond et la forme.
Dans le fond , Dj Arafat nous présentait un contenu cru, direct, sincère et parsemé de légèreté; un contenu qui dérangeait plus d'un et qui l'éloignait progressivement de certains acteurs, de certains parents et mélomanes, mais que ses fans adoraient !
Mais dans la forme, les clash d'Arafat étaient un grand outil marketing performant et puissant, une technique de pénétration de marché qui tel un déluge, entraînait avec lui tous ceux qui étaient dans la même vague, le coupe' décalé et toute la musique urbaine ivoirienne et africaine. Sans le vouloir ou peut être à dessein, Dj Arafat partageait son Buzz avec tous ses "adversaires" qui s'y abreuvaient à coeur joie, le succès médiatique de ses " adversaires" était de plus en plus dépendant de ses clash. La disparition d'Ange Didier sonne donc la glas d'une révolution en marketing musical en Côte d'Ivoire et désormais les acteurs du coupé décalé devront se réinventer une technique de présence médiatique pour faire face à la rude competition et la force de pénétrations de l'Afrobeat et des anglophones qui considéraient Dj Arafat comme la forteresse du coupé décalé ivoirien et francophone.
L'autre aspect technique important qu'Arafat a engendré, c'est la restructuration de l'industrie musicale ivoirienne. C'est une petite révolution qui a dérangé plus d'un ( surtout les anciens) mais qui a permis l'éclosion de nombreux jeunes talents : à un moment où la musique, les CDs, les disques, les supports audio conventionnels ne se vendaient plus, Arafat a crée des supports digitaux en ligne où il écoulait sa musique et la distribuait gratuitement à ses fans; à la place des albums, il produisait des singles et les promouvait les un après les autres ensuite les regroupait plus tard dans un album, ce qui était contraire a la formule conventionnelle des grandes maisons de disque qui produisait d'abord l'album et ensuite faisaient la promo de quelque titres de ce album sous forme de Single pour le faire connaître. Cette formule avait la particularité d'être lourde et éprouvante pour l'artiste et la maison de disque et empêchait l'éclosion véritable de nouveaux talents. La distribution gratuite des singles d'Arafat a ses fans non seulement contribuait de manière exponentielle au gain d'un fan base fidèle qui appréciait cette gratuité comme un act d'amour, mais aussi permettait a ses fans d'apprendre et de connaître chaque chanson par coeur. Ils remplissaient alors les salles pour voir, vibrer et chanter avec leur artiste lors de ses concerts qui eux n'étaient pas gratuits! C'était là, la naissance d'un nouvel ère où la musique pouvait enfin nourrir son homme, où on n'avait plus besoin d'être Magic système ou Alpha blondi pour vivre de son art!
Aujourd'hui partout aux États Unis et en Europe beaucoup suivent la même formule commerciale à quelque détails près y compris les grandes maisons de disque.
Arafat a été le premier en Côte d'Ivoire à créer ou travailler avec des plateformes musicales sur Facebook qui faisaient la promotion de son image et la promotion de sa musique, il a aussi été le premier à créer une véritable "banque" de fanatiques et de followers qu'il entretenait et aimait comme des membres d'une même famille et qui le lui rendaient bien! Il a crée avec eux un rapport Artiste-Fans à caractère unique en Côte d'Ivoire et en Afrique ."

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité