Filière Cajou: Une solution gouvernementale contre la mévente de l'anacarde due à la pandémie à coronavirus

  • publié il y a : 1 mois
  • vues : 212  
  • tags : filière - cajou: - solution - gouvernementale - contre - mévente - l'anacarde
Filière Cajou: Une solution gouvernementale contre la mévente de l'anacarde due à la pandémie à coronavirus
La Coop-Ca-VICA (Coopérative avec Conseil d'Administration du Vivrier et du Cajou) a été retenue pour collecter tout le stock de la production de cajou au titre de la campagne 2020 dans la région du Béré.


Depuis le 22 Avril dernier, la COOP-CA-VICA est de plein pied sur le terrain dans la région du Béré ( Mankono- centre ouest de la Côte d'Ivoire avec en tête le seul but de payer au prix bord champ l'anacarde.

Faut-il le rappeler, le prix bord champ a été fixé à 400 f le kilogramme depuis mi- février (démarrage de la campagne). Et fort malheureusement, le constat indique une absence des opérateurs économiques (acheteurs) sur le marché agricole.


La raison: la maladie de coronavirus. Cette pandémie mondiale a également touché les producteurs qui s'apprêtaient à livrer aux acheteurs leur production annuelle.


Mais ne dit- on pas que l'espoir fait vivre ! Récemment, au cours d'une conférence de presse, le Premier Ministre, Son Excellence Amadou Gon Coulibaly a alloué une enveloppe de 300 milliards au secteur agricole. Dont la part des acteurs du coton / anacarde revient à 100 milliards.

Avec ce montant, il est revenu de sélectionner 12 coopératives sérieuses au plan national dont la Coopcavica. Ce, pour aider les paysans à écouler tous leurs stocks pour la campagne 2020.


A cet effet, un lancement officiel de la campagne du respect du prix bord s'est effectué le 22 Avril dernier à Tomono dans le département de Mankono.

Respectant les mesures de sécurité contre le coronavirus, le Sous- préfet de Mankono, M. Vanité Jean François a présenté l'acheteur officiel à environ une quarantaine de représentants de village.

" C'est la Coopcavica qui a été retenue dans notre région pour payer votre production. C'est une coopérative que vous connaissez mieux que moi-même. Car elle passe plus de temps avec vous dans les champs. Mais vous savez aussi que l'Etat ivoirien est un État sérieux. Et donc il ne s'aventure pas avec quiconque. Je pense que la Coopcavica mérite donc la confiance de notre État. C'est pourquoi, elle sera à vos côtés pour payer votre anacarde. Mais attention, ça doit être de l'anacarde bien séché, bien trié et bien conservé. Ne comportant aucune matière étrangère. Éviter les acheteurs véreux. Ceux qui vous désinforment pour vous amener à vendre votre produit à des prix bas sont vos ennemis. Travaillez bien et patienter ...l'Etat de Côte d'Ivoire travaille pour vous". Cette déclaration est du Sous- préfet de Mankono.

Il l'a tenu en guise d'encouragement de tous les acteurs du monde rural. Et de les exhorter à faire confiance au gouvernement de Côte d'Ivoire.

Après lui, le Directeur régional du Conseil Coton anacarde, M. Coulibaly Sandona a pour sa part rassurer les producteurs qu'aucune graine de cajou ne restera sous la main des paysans si et seulement si ils respectent les consignes de leur structure de tutelle.

" On va prendre tous vos produits. Je rappelle qu'il faut bien sécher l'anacarde. Bien le protéger dans des sacs en joutes et l'éloigner de tout corps étranger. Le gouvernement sur ce coup à penser à tous les producteurs. Tous seront satisfaits si nous restons disciplinés. Continuons de faire confiance à notre pays. Nous sommes un grand producteur à travers le monde. Et, cette valeur ajoutée mérite sa place. Continuons donc de donner le meilleur de nous pour que l'anacarde continue d'aider l'économie de notre pays. Ce qui nous permettra de tous tirer son intérêt" a ajouté le Dr Coulibaly Sandona.


Pour le trésorier général de la COOP-CA-VICA, Sindou Bakayoko, le monde agricole est fortement touché par cette pandémie avec pour conséquence la baisse des prix du produit. Soucieux du bien-être des paysans, l'État a décidé de nous venir en aide. " Aujourd'hui l'État vient en aide aux paysans à travers notre structure d'encadrement, le conseil du coton et de l'anacarde et aussi avec une grosse enveloppe. Tant que nous recevrons les consignes qu'il faut, nous allons venir vers vous même dans les villages les plus reculer pour payer l'anacarde".



Commencé à Bouandougou , Tomono en passant par Mankono et Kounahiri, l'équipe de l'opérateur Sindou Bakayoko n'a pas manqué d'interpeller les producteurs sur la recherche de la qualité.

" Le soucis du gouvernement est d'acheter et de soulager les paysans après une année de dur labeur mais il s' agit bien évidemment des produits de qualité. Donc nous demandons aux paysans de bien sécher, bien trier les produits et de placer les sacs en joutes avant de les entreposer sur des palettes dans les magasins aérés" a t-il insisté.

Des caches nez et du savon liquide ainsi que des sceaux ont été distribués aux paysans.
source : Imagedafrique.net    |    auteur : Tuo TCHANG

A voir egalement

Publicité
Publicité