Côte d'ivoire/Présidentielle 2020 : Comment BEDIE est en train ''de boucler 2020'', au nez et à la barbe du RHDP...

  • publié il y a : 1 mois
  • vues : 328  
  • tags : d'ivoire/présidentielle - comment - bedie - train - boucler - 2020'' - 
Côte d'ivoire/Présidentielle 2020 : Comment BEDIE est en train ''de boucler 2020'', au nez et à la barbe du RHDP...

(Photo d'archives pour illustrer l'article)

Nous ne sommes que vers la fin de la première mi-temps du match très serré de la finale de la Présidentielle Ivoirienne en Côte d'Ivoire, que déjà les renversements de situations auxquels on assiste sur le terrain, donne des palpitations. Cinq mois après les déclarations triomphalistes du Ministre Hamed BAKAYOKO, selon lesquelles "2020 est bouclé'', l'on est tenté de se demander si le thuriféraire du Président OUATTARA ne s'est pas laissé un peu trop emporter par l'euphorie. Avec le développement de l'actualité ces derniers temps, il devient évident de constater que rien n'est encore joué, plus d'un an avant le coup de sifflet final.
Recevant les délégués communaux de son parti de la commune de Koumassi le 05 Juin dernier à Abidjan, le Président du PDCI-RDA, Henri Konan BEDIE dénonçait devant ses hôtes l'arrivée massif d'orpailleurs clandestins dans les régions aurifères de Côte d'Ivoire "qu'on arme...et qui sont installés dans nos villages''. Ces orpailleurs clandestins, qu'Henri Konan BEDIE identifie comme des étrangers, constituent aux yeux du Leader de la première formation politique Ivoirienne, une menace pour la sécurité de ses compatriotes d'où son appel à "agir pour ne pas que les Ivoiriens soient étrangers chez eux''. L'ex-allié d'Alassane OUATTARA, en verve, révélera par ailleurs, des manoeuvres de fraudes massives sur la nationalité Ivoirienne, orchestrée fondamentalement depuis le quartier populaire d'Abobo et les sempiternels conflits fonciers, dans lesquels des populations originaires des pays limitrophes "s'attaquent aux planteurs Ivoiriens'' pour " leur disputer les terres''. En faisant ainsi ressurgir le débat sur le droit des Ivoiriens à se défendre pour ne pas être étrangers chez eux, le successeur d'Houphouët-BOIGNY, est visiblement en train de marquer un grand coup politiquement, un coup de maître en se faisant l'étendard des nationalistes les plus radicaux, qui ne veulent pas voir la gouvernance de l'actuel Chef d'état, Alassane OUATTARA, qu'ils considèrent comme "un étranger'' se prolonger à la tête de l'état ivoirien. Cette opinion, déjà, fortement mûrie dans les milieux frontistes a fini par se consolider avec la rupture entre le RDR d'Alassane OUATTARA et le PDCI-RDA, de Henri Konan BEDIE.
Jusqu'à présent, campant dans une position modérée, les partisans de l'ancien Président du Directoire du RHDP (HKB) ont quasiment tous basculé dans une hostilité tranchée vis-à-vis d'un homme qu'ils ont contribué à porter au pouvoir en 2010 et à maintenir en 2015, sur la base des consignes de leur leader. Pour ceux des Ivoiriens qui ont le sentiment que leur pays est dirigé par des étrangers, la sortie d'Henri Konan BEDIE paraît comme une légitimation de leur opinion. Alors qu'il avait lancé en Novembre 2018, le projet de création d'une grande plateforme non-idéologique, rassemblant tous les groupements politiques Ivoiriens partageant la vision de paix du PDCI-RDA, le Président du PDCI, à défaut d'aboutir à une concrétisation parfaite de son projet, est, tout au moins, en train de fédérer autour de sa personne, toutes les aspirations des milieux ultra-nationalistes que le parti au pouvoir qualifie d'Ivoiritaires. Cette évolution des choses qui peut paraître comme une stratégie habile de reconquête du pouvoir, a toutes les chances de payer, au vu de la configuration actuelle de l'électorat Ivoirien, du moins, tant que les différents blocs soutenant cette perception des choses, restent orphelins de leurs leaders, à l'image du FPI, version GBAGBO. Au cas où, Laurent GBAGBO venait à manquer le rendez-vous de 2020 pour des raisons judiciaires, il est difficile, à l'observation du landerneau politique Ivoirien en activité à l'heure actuelle, de dégager un leader charismatique, capable de contester l'électorat nationaliste à Henri Konan BEDIE, dont la popularité a fortement explosé ces dernières semaines, notamment grâce à la médiatisation maladroite qu'ont fait les autorités gouvernementales de ce discours, qu'ils auront réussi à transformer en affaire d'état. Au bout du compte, la grande victime, c'est Henri Konan BEDIE, devant la résidence duquel on verse des litres de sang à des fins encore lugubres. Même en cas de retour au-devant de la scène politique de Laurent GBAGBO, le Président du PDCI conserve de fortes chances de grignoter jusque dans les viviers des partis à l'idéologie nationaliste convergente, en demeurant dans cette posture de défenseur des intérêts souverains du Peuple Ivoirien.
Assurément que les prochains mois qui nous séparent de l'échéance d'Octobre 2020 seront prolifiques en révélations...et certaines d'entre elles, pourraient constituer ces armes fatales dont se serviraient HKB dans sa stratégie de destruction de la machine électorale du RHDP, dont les ligaments à la fixation encore mal définie, commencent déjà à présenter des signes effrayants de rupture, avec des ambitions mal maîtrisées et des sorties surexcitées de certains débauchés politiques, qui font peser le spectre d'un effondrement du système à l'aune du maintien ou non du Président OUATTARA pour l'après Octobre 2020. Pour l'heure, il faut relever le coup de génie qui risque de nous ramener à une certaine finale Côte d'Ivoire-Ghana en 2015...

source : Netafrique.net    |    auteur : Raoul MOBIO

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité