Côte d'Ivoire : Le procureur de Bouaké fait libérer le co-accusé de Mangoua et confirme le complot politique

  • publié il y a : 7 jours
  • vues : 1421  
  • tags : d'ivoire - procureur - bouaké - libérer - co-accusé - mangoua - confirme
Côte d'Ivoire : Le procureur de Bouaké fait libérer le co-accusé de Mangoua et confirme le complot politique

(Photo d'archives pour illustrer l'article)

Le co-accusé de Jacques Mangoua a été mis en liberté au terme de sa garde à vue, sur instruction du procureur de Bouaké, Braman Koné, conformément à la procédure usuelle. La thèse du ciblage personnel du président du conseil régional du Gbêkê, à des fins politiques, que dénonce son parti, le PDCI, tend à se confirmer.

Yao Laurent Kouakou est libre. Le jeune habitant du village de N'Guessankro, commis à l'entretien de la résidence secondaire de Jacques Mangoua était poursuivi, au même titre de le vice-président du PDCI. L'adjudant-chef Adon Mathias Adou, commandant de la brigade de gendarmerie de Bodokro, avait décidé de sa garde à vue, sur instruction du procureur de Bouaké, Braman Koné.

Le jeune agriculteur était accusé d'être co-acteur, avec Jacques Mangoua, de détention de munitions que le premier avait découvert dans la maison qu'il visite au moins une fois par jour (lors de la mise en marche du château qui alimente par ailleurs le village), sans y habiter et que le second a dénoncé auprès de la gendarmerie et du préfet.


Selon le récit fait par le procureur Braman Koné, qui s'est exprimé sur les ondes de la RTI, avec une expression corporelle qui laissait transparaître la haute estime qu'il avait pour le baron du PDCI, « le jardinier a trouvé le paquet au domicile de Monsieur Mangoua Jacques et dans l'arrière cours qui abrite le moteur qui alimente le forage. Ce jardinier à informé le frère cadet de monsieur Mangoua Jacques et ce frère cadet a aussitôt informé la gendarmerie avant même d'informer son frère ».

Rosine Motchan et le tribunal des pairs

Sur cette dernière allégation prononcée en face de la Nation, des éléments et témoignages contraires, présentés lors du procès qui a été suivi dans une salle d'audience bondée de monde, Afriksoir peut prouver que le procureur Braman Koné n'a pas dit toute la vérité. De sorte qu'en manipulant volontairement des faits, en direct à la télé nationale, il confirme davantage la thèse de la défense qui privilégie un complot politique, au profit du RHDP du Président Alassane Ouattara.

En attendant d'y revenir, rappelons qu'une forte pression du monde judiciaire pèse sur la juge Rosine Motchan, présidente du tribunal qui a préféré suivre la réquisition du procureur, dont le chef n'est personne d'autre que le garde des sceaux Sansan Kambilé, qui doit affronter le regard de ses pairs, sur sa décision. .


source : afriksoir.net    |    auteur : Elvire Ahonon

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité