Après la réélection de Ouattara, un cadre du FPI soutient Alcide Djedje du RHDP pour les législatives

  • publiè le : 2020-12-02 11:17:44
  • tags : après - réélection - ouattara -  - cadre - soutient - alcide
Après la réélection de Ouattara, un cadre du FPI soutient Alcide Djedje du RHDP pour les législatives
Café matinal

POURQUOI JE REJOINS ALCIDE DJEDJE.

En 1982, jeune enseignant du secondaire, j'ai été littéralement séduit par le discours quasi révolutionnaire de l'historien Laurent Gbagbo.
Un discours relatif à la transformation de la société ivoirienne qui devrait connaître une profonde mutation pour devenir une société de liberté, de justice sociale, de solidarité et de démocratie. Une société où la réduction des inégalités sociales ne serait plus une vaine incantation politicienne de politicards véreux, mais une réalité palpable.

C'est donc avec enthousiasme et beaucoup d'espoir que j'ai adhéré au FPI censé fédérer toutes les forces socialistes et humanistes de notre pays.
Malheureusement, il m'est apparu, et pas à moi seul, que plutôt que de servir les intérêts du peuple, le FPI était un sanctuaire pour la défense et la préservation des intérêts d'un clan, celui qui croit que ce parti ne peut et ne doit être dirigé que par le cercle réduit des membres fondateurs.
Ce constat qui n'était que diffus et velléitaire, s'est malheureusement affiné au fil du temps, pour devenir dramatiquement aveuglant en 2014, avec l'avènement d'une dissidence mortifère suscitée et flanquée à la direction légale sous de fallacieux prétextes.

Nous inspirant de notre expérience de ''militants unionistes'' ( C'est nous qui avons réalisé la réunification du Synesci, du Saeppci et de la Fesci), des amis enseignants et moi-même, avons vainement tenté de créer les conditions de la réunification du FPI.
Malheureusement, nous avons été farouchement combattus par les faucons des deux bords, de véritables pêcheurs en eau trouble.
De sorte que le Fpi est aujourd'hui en proie à la division et à la haine qui l'éloignent tristement de sa mission originelle et de ses nobles objectifs de transformation sociétale.

La goutte d'eau, c'est le triste sort réservé au fameux Conseil National dite de transition (CNT), auquel nous avons tous cru, et qui a été littéralement torpillé par la dissidence du Fpi et son mentor. Et qui, finalement, s'est transformé en un film d'horreur pour le peuple, avec des blocus de domiciles, des traques et des emprisonnements marqués par un ostracisme effarant et ébouriffant.
Face à cette situation d'un plus parfait cynisme, j'ai simplement conclu à la vanité de la lutte de l'opposition ivoirienne mue par la promotion d'intérêts égoïstes.

De sorte qu'il me semble plus que jamais impérieux d'opérer un changement drastique de paradigme pour me convertir au réalisme de la recherche de la paix et du développement incarné, dans ma région, par le ministre Alcide Djédjé.
Celui-ci m'avait déjà sollicité, en 2018, à la création de son parti '' Concorde''.

Mais pour de multiples raisons, cette union n'avait pu prospérer.

Aujourd'hui, il a été particulièrement bien inspiré en venant me solliciter publiquement devant mes parents qui l'ont honoré en donnant spontanément leur caution à cette adhésion.
C'est une merveilleuse mission de paix et de développement que j'accepte de bon coeur, avec l'espoir que ce mariage de raison portera énormément de fruits notamment pour le bonheur des populations du Goh.
Évidemment, cet événement survient à un moment où le président Affi, mon ami, mon camarade de lutte est embastillé en secret, pendant que les inspirateurs du CNT dont il n'est que porte-parole, se la coulent douce.
Mais tout ce que Dieu fait est bon.
On ne sait jamais de quel côté poussera la termitière.

Alfred GUEMENE
( Général Guillot)

A voir egalement

Publicité
COTE D'IVOIRE INDEPENDENCE CELEBRATION
Publicité