Tragédie à Port-Bouët-Jean Folly : Il tranche la gorge à sa grand-mère et se donne la mort

  • publié il y a : 2 mois
  • vues : 543  
  • tags : tragédie - port-bouët-jean - folly - tranche - gorge - grand-mère - donne
Tragédie à Port-Bouët-Jean Folly : Il tranche la gorge à sa grand-mère et se donne la mort
Manda Yannick, un jeune-homme de 20 ans s'est rendu coupable d'un acte atroce avant de lui-même se donner la mort, lundi 21 janvier 2019, à Jean-Folly, un quartier précaire de la commune de Port-Bouët.
Sa victime, sa grand-mère, dame Diomandé Fatoumata, avec qui il vivait, ne pouvait en aucun cas s'imaginer, du sort tragique que lui réservait, son adorable petit-fils, ce lundi 21 janvier 2019 vers 08 h du matin, alors qu'elle vaquait tranquillement à ses tâches quotidiennes.
De fait, rapporte notre source, très tôt le matin, de ce lundi 21 janvier 2019, le jeune Yannick, son sobriquet "Jet -li'', sort de la planque de ses grands-parents pour, dit-on, aller se procurer une bonne dose de Skunch, aux fins de mieux entamer la journée. Une substance bien connue dans les fumoirs et autres quartiers défavorisés. Il est de retour vers 8 h du matin, et c'est à son adorable mémé qu'il revient le devoir de lui remettre la modique somme de 500 F Cfa. Pour quoi faire, on ne le saura jamais.
Sauf que selon nos informations, dame Diomandé, lui aurait posé une seule condition. Qu'il aille lui chercher de l'eau à quelques encablures de leur lieu de résidence. Jet-li s'exécute, sans toutefois éveiller le moindre soupçon sur l'acte machiavélique qu'il envisageait de faire subir à cette pauvre dame.
Après cette corvée, il rejoint la sexagénaire à l'intérieur de la maison, qu'il prend le soin de bien refermer, derrière lui la porte. Soudain, a relaté notre source, un violent cri de détresse s'est fait entendre en provenance du domicile de la sexagénaire. « Lorsque nous avons entendu la vieille crier, nous nous sommes précipités vers la maison, mais la porte était fermée à clé et les crochets étaient mis. Nous avons cassé la porte, et là c'était trop tard », relate notre source. Le jeune Manda Yannick venait de commettre l'irréparable, dame Diomandé Fatoumata gisait dans une mare de sang, la gorge tranchée et les deux cotés de l'abdomen perforés.
Pris de panique, l'assassin s'enferme dans l'une des pièces de la maison. Par précaution, nul ne pouvait s'aventurer à sa course. Le temps de peaufiner une meilleure stratégie pouvant permettre de l'appréhender. Mais "Jet li'' ne leur donnera pas ce plaisir. Il savait qu'il serait, tout d'abord sérieusement passé à tabac, avant une hypothétique remise aux forces de sécurité.
Son poignard toujours à la main, la solution etait toute trouvée, pour ce jeune criminel qui craignait de subir la furia de cette foule en colère. La mort était préferable pour lui. En un trait, il se sectionne également la gorge. Une fois la porte défoncée, les jeunes du quartier, dans une colère noire décident de mettre le feu au corps sans vie du jeune Yannick. Jugeant qu'il était inadmissible que « ce misérable », pourtant très apprécié par cette pauvre dame, se transforme en son bourreau.
Il a fallu l'intervention des agents des forces de l'ordre pour calmer la furie de ces jeunes.

source : L'Inter    |    auteur : Jean Kelly Kouassi

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité