Chaude journée à Zuenoula : Le vice-président des chefs de la Marahoué assassiné, vendetta dans la ville, la préfecture saccagée, des populations en fuite

  • publié il y a : 3 mois
  • vues : 767  
  • tags : chaude - journée - zuenoula - vice-président - chefs - marahoué - assassiné
Chaude journée à Zuenoula : Le vice-président des chefs de la Marahoué assassiné, vendetta dans la ville, la préfecture saccagée, des populations en fuite
Le siège de la préfecture de Zuenoula, dontv tous les documents ont été vandalisés par les manifestatntrs
La jourbnée de ce jeudi 6 juin 2019 a commencé sous tension à Zuenoula suite à l'assassinat la veille, du président du collectif des chefs de ce département situé dans la région de la Marahoué.
La situation est très tendue à Zuenoula, depuis hier nuit. Des populations de cette ville se sont soulevées, ce jeudi 06 juin 2019 pour protester contre l'assassinat, dans la soirée de la veille mercredi 05 juin 2019, du chef Robert Djè Bi Djè, président des chefs du département de Zuenoula, et vice-président du Collectif des chefs traditionnels de la Marahoué.
Selon les premiers témoignages livrés à linfodrome.ci et confirmés par une source proche de la gendarmerie, le chef traditionnel a été assassiné peu avant 21h, à la sortie du village de Bohizra, localité dont il est le chef, alors qu'il se rendait à Zuenoula. Le gardien de la tradition aurait accompagné le président des jeunes après lui avoir apporté son soutien dans un procès qui avait lieu dans la journée au tribunal de Bouaflé, suite à des grabuges survenus au cours des obsèques du géniteur du concerné. Après avoir achevé cette mission, le chef Djè Bi Djè, aurait enfourché, à nouveau, sa moto, pour regagner sa base départementale à Zuenoula, en compagnie de l'un de ses frères. Mais, à peine sorti du village, et donc de l'éclairage, surgit en face de la moto, un individu, qui l'aveugle avec une torche de chasse et ouvre le feu en sa direction. L'autorité traditionnelle reçoit de plein fouet la décharge de chevrotine, mais tente en vain de rattraper son assassin avec son engon, avant de s'écrouler. Conduit d'urgence à l'hôpital général de Zuénoula, il a succombé à ses blessures malgré toutes les tentatives pour le sauver.
La nouvelle parvenue au villageois, ceux-ci élèvent une vive protestation et opèrent une véritable vendetta dans la ville. Plusieurs maisons sont saccagées, y compris le siège de la préfecture, où les manifestants ont fait une descente musclée dans la matinée.
A l'origine de cette furia, une colère contre le préfet, qui aurait délivré un arrêté à un autre chef dans une crise à la chefferie de Bohizra. Un vieux conntentieux qui aurait conduit à l'assassinat du chef Djè Bi Djè.
Au moment où nous mettions sous presse, un renfort de la compagnie de gendarmerie de Bouaflé et de la police a permis de rétablir une accalmie relative dans la ville de Zuenoula. Mais, la situation reste tendue, et les adversaires du chef assassinés ont déjà quitté la localité pour échapper à une vengeance. Leurs domiciles ayant été saccagés.

source : Linfodrome    |    auteur : Guillaume KOUAME

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité