11 éléments des Forces Spéciales attaquent la Préfecture de police d'Abidjan et se font corriger

  • publié il y a : 24 jours
  • vues : 13473  
  • tags : éléments - forces - spéciales - attaquent - préfecture - police - d'abidjan
Partis libérer un de leurs camarades, des éléments des Forces Spéciales ont été matés par les policiers

Onze éléments des Forces Spéciales ivoiriens, armés de kalachnikovs, qui tentaient de libérer un des leurs, raflé à Abobo et conduit à la Préfecture de police d'Abidjan, ont été matés par une centaine de policiers ce jeudi 19 septembre, apprend 7info d'une bonne policière.

C'est à 13h que l'accalmie est revenue ce jeudi dans la cour de la préfecture de police où 11 éléments des Forces Spéciales ivoiriennes, arrivés à bord d'un véhicule de type toyota Picnic, pour tenter de libérer selon eux un des leurs, sur instructions d'un de leurs supérieurs selon eux, ont passé un mauvais quart d'heure aux mains des policiers.

Au bilan, 2 policiers blessés et les 11 indisciplinés, très amochés.

Selon une source de 7info, sur le théâtre de l'opération, les onze éléments arrivés en trombe, forçant le portail d'accès au PPA, ont tenté d'extirper des mains des policiers, un individu présenté comme un élément des Forces Spéciales, raflé à Abobo. Face à la résistance des policiers qui étaient déjà au violon avec le raflé et face à leur tentative de sortie, des policiers ripostent. Les éléments de Toussaint Bi Lopou, commandant des Forces Spéciales, battent les policiers avec leurs ceinturons et des coups de crosse. Les policiers ripostent tant bien que mal. Le nombre de policiers s'accroissant, les hommes du Commissaire Dosso Siaka prennent le dessus. Les coups pleuvent. Il a fallu utiliser deux cargos de transport de troupe pour bloquer le portail et ainsi les empêcher de s'échapper. Les coups pleuvent jusqu'à l'arrivée d'éléments de la CRS 1 de Williamsville. Eux, viennent parfaire le job. Entre temps, ces indisciplinés chambrent leurs armes. Mais, Dieu merci aucun tir n'est parti. Ils ont été désarmés et conduits à la salle de conférence. Saisis, le ministre de la Sécurité, le Général Diomandé Vagondo, le DGPN, le Contrôleur général Youssouf Kouyaté, le Commandant Supérieur de la Gendarmerie, Alexandre Apalo Touré, le Chef d'état-major général des Armées, étaient tous présents. Les autorités ont demandé pardon et emportés avec eux ces éléments indisciplinés qui méritent la radiation'' a conté à 7info.ci une source policière.


source : 7info    |    auteur : Adam's Régis SOUAGA

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité