Prédiction d'une catastrophe sanitaire en Afrique : Bill Gates avait-il eu raison trop tôt ?

  • publié il y a : 2 mois
  • vues : 707  
  • tags : prédiction - d'une - catastrophe - sanitaire - afrique - gates - avait-il
Prédiction d'une catastrophe sanitaire en Afrique : Bill Gates avait-il eu raison trop tôt ?
Plus d'un mois après son discours devant l'Asssociation Américaine pour la Promotion de la Science (AAAS), le 14 Février dernier, les événements semblent malheureusement donner raison, au milliardaire Américain, Bill Gates. Alors que l'épidémie du Covid-19, sévissait essentiellement en Asie et en Europe, le fondateur de Microsoft, mettait en garde contre les effets dévastateurs de la crise du Coronavirus en Afrique, qui serait ''plus grave encore qu'en Chine''.

Bill Gates: Entire country needs to shut down for 6-10 weeks to ...
Ce Mardi 24 Février, soit quelques jours après que l'OMS ait renchéri avec une nouvelle mise en garde sur les conséquences imparables de l'épidémie sur le continent, les chiffres sont alarmants. Officiellement, le continent enregistrait 2137 cas de contaminations, pour 62 décès. L'analyse de Bill Gates, ne faisait pas uniquement référence aux défaillances du système de prise en charge sanitaire, en Afrique, mais s'inscrivait dans une approche plus globale, sur les répercussions de la crise. Outre, la faiblesse notoire des infrastructures de santé publique, les états africains pourraient sérieusement pâtir des effets économiques de cette pandémie. Depuis quelques semaines, les mesures de restrictions s'enchaînent, pour contraindre les populations au confinement, de sorte à endiguer le flux de contaminations.

Dans les cas de certains pays, comme le Burkina ou la Côte d'Ivoire, la précarité du système économique, pourrait affecter entamer sérieusement la crédibilité de ces mesures. Idem, dans d'autres pays comme le Sénégal ou le Ghana. Le secteur informel représente près de 55% du PIB, cumulé des pays d'Afrique subsaharienne, selon la Banque Africaine de Développement ( BAD). En 2006, une enquête de l'Agence Française de Développement (AFD), révélait que dans des états, comme le Sénégal ou le Cameroun, l'informel emploie 90% des personnes actives.
Tout comme en Côte d'Ivoire, d'ailleurs. Pour l'Afrique, le pari est risqué. Confiner les populations, fermer les marchés publics, comme c'est le cas au Burkina, procéder à la fermeture des restaurants, peut coûter cher sur le plan social. Surtout, que ces mesures sont prises sans tenir compte de la réalité sociale des populations. Pendant qu'en Occident, des dispositions sont prises pour soutenir les ménages et les entreprises, en Afrique, les restrictions sont édictées, sans mesure d'accompagnement. Vu la gestion chaotique de cette crise sanitaire, la crise sociale pourrait vite faire place à la crise sanitaire. Épicentre de l'épidémie, l'Europe s'organise pour le rapatriement en masse de ses ressortissants, à l'extérieur.
Ce Dimanche 22 Mars, débutait les opérations de rapatriement des Français de Côte d'Ivoire. Au Maroc également, Paris évacue ses ressortissants. La seule région du monde encore épargnée par l'épidémie est devenue une destination à éviter. Que craint l'Europe? Se dirige-t-on, vers une crise sociale irréversible ? Les propos du milliardaire Américain, résonnent encore plus fortement.
auteur : Raoul Mobio

A voir egalement

Publicité
Publicité