Daloa : lutte contre l'immigration clandestine par la pratique du basket-ball et les métiers rattachés

  • publié il y a : 28 jours
  • vues : 391  
  • tags : daloa - lutte - contre - l'immigration - clandestine - pratique - basket-ball
Daloa : lutte contre l'immigration clandestine par la pratique du basket-ball et les métiers rattachés
Redonner l'espoir par l'insertion des pensionnaires dans un programme avec une visibilité claire et garantie, c'est ce que veut apporter la fédération ivoirienne de basket-ball (FIBB) à la jeunesse de Côte d'Ivoire.

C'est dans ce cadre qu'elle a organisé une journée de lancement du projet PISCCA (Projets Innovants de la Société Civile et des Coalitions d'acteurs) le samedi 16 novembre 2019 dans la salle des fêtes de la préfecture régionale du haut-sassandra.
Supervisé par Alexandre Glao, secrétaire général de la dite préfecture, représentant le préfet de région, préfet de la région du haut-sassandra, préfet du département de Daloa sous le thème "lutte contre l'immigration clandestine par la pratique du basket-ball et les métiers rattachés."Ce projet visant à sensibiliser les jeunes sur les dangers et risques de l'immigration clandestine financé par l'ambassade de France a mobilisé un grand nombre de jeunes, venus des villes de Korhogo, de Man et de Daloa pour prendre part à cérémonie de lancement.Eid Waleed Michel, responsable d'édition chargé de la promotion du basket-ball en Côte d'Ivoire a indiqué que la mission du projet PISCCA n'est pas d'empêcher les jeunes d'immigrer dans d'autres pays, mais c'est plutôt contre l'immigration clandestine qu'il lutte.

Dans ce sens, le Directeur Général de la fédération ivoirienne de basket-ball et coordinateur général du projet PISCCA, Philippe Blessy a ajouté que « nous ne les sensibilisons pas seulement pour qu'ils abandonnent l'idée de l'immigration clandestine, et ne rien faire après, cela ne répondrait aux problèmes de la jeunesse, car le réel problème des jeunes est la question de l'employabilité. C'est pourquoi, après les avoir sensibilisés, nous les formons dans plusieurs corps de métier et même dans celle de la fédération de basket-ball, puis nous les insérons dans la vie professionnelle, aussi nous aiderons certains parmi eux à monter leurs propres entreprises, afin que cela soit une réponse à la question de l'immigration clandestine. C'est pourquoi, nous lançons un appel aux jeunes à venir vers nous afin de bénéficier du projet PISCCA » a-t-il mentionnéKoné Abou, président des jeunes basketteurs de la commune, dans un discours brèf a dit ses vifs remerciements à la fédération.Pour clore, le représentant du préfet de région a aussi salué l'initiative et espère que cela ne soit pas que de belle parole.

Hermann ADEPO Correspondant régional Haut-sassandra
source : IVOIRTV.NET

A voir egalement

Commentaires

Publicité
Publicité